AccueilBlogMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 OS - Alcoolémique Boy - N`es

Aller en bas 
AuteurMessage
N`es
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 375
Age : 27
Localisation : Avec eux* ...
Date d'inscription : 08/06/2008

MessageSujet: OS - Alcoolémique Boy - N`es   Mar 11 Nov - 16:44

Ceci est une histoire comme il en existe des dizaines de milliers d’autres à travers le monde. Elle n’a donc sans doute aucun pas plus d’intérêt que les autres, pour vous, lecteurs, mais c’est mon histoire. Récemment, j’ai lu dans une revue pour parents dépassés par les « soucis et questionnements existentiels de leurs jeunes enfants » que les problèmes de l’adolescence venaient surtout d’un sentiment d’incompréhension et de rejet. Parlons-nous réellement bien des mêmes personnes, du même monde ? Les sociologues et psychologues vont-ils encore longtemps s’imaginer que les adolescents sont des êtes faibles d’esprit et facilement manipulables ? La vérité est tout autre. Cet âge, dont les limites ne sont pas clairement établies, est celui d’une prise de conscience générale de ce qui nous entoure, de ce qui fait notre vie et notre univers. Parce que voyez-vous, ce n’est pas ma sexualité qui m’a le plus surpris, ce n’est pas les transformations de mon anatomie ni l’activité intense de mes hormones qui m’ont déstabilisé. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’ai perçu le vrai visage de ceux qui m’entouraient, vu ce que depuis tellement d’années on me refusait. Qui, je n’en ai aucune idée. Pourquoi, c’est évident : si j’avais su dès ma naissance avec certitude qui était vraiment les personnes qui m’entourent, sans doute mon évolution aurait-elle été bien différente.

Ce fut une vraie descente aux enfers. On dit que les plus heureux sont souvent les plus ignorants, et j’ajouterai à cela que j’aurai voulu demeurer un ignorant toute ma vie. Le savoir n’a pas que des aspects positifs, bien au contraire, et peut transformer un être pour la vie. Je me suis vu changer peu à peu, devenir ce que je n’aurai jamais cru être. En ce qui me concerne, mes découvertes au sein de ma famille furent assez choquantes : une tante alcoolique, et ce depuis des années, des procès pour escroquerie à l’intention de mon père, et tout un tas de tares congénitales joyeusement réparties entre les membres de cette glorieuse famille, si fière de ses origines et de sa réussite sociale.

Mon cul ouais!

L’avantage quand on grandit, c’est que nos découvertes se font à une vitesse si incroyable qu’il nous faut un temps tout aussi incroyable pour les digérer. Je n’ose imaginer ce que ce serait si on assimilait tout à la seconde. Tout va si vite que nous n’avons pas le temps de prévenir qui que ce soit. Dire « Attention, je suis une bombe à retardement, bourrée de tout un tas de déceptions plus nauséabonde que des pets de toxico en dé-intox » n’est plus possible, et la peur de découvrir des détails juteux sur son père, sa mère, ou même ces grands-parents que l’on a toujours cru si parfaits est trop puissante de toute façon pour que l’on se manifeste.

Pour ma part, toute cette histoire a été à double tranchant. D’une part, je me surprenais souvent le soir à fermer les yeux, si fort que des larmes jaillissaient, priant pour que toute cette merde qui m’entourait soit onirique et que jamais ô grand jamais je n’ai fait toutes ces découvertes. Paradoxalement, j’étais avide de nouvelles informations, de nouveaux détails sordides, me demandant jusqu’où je pourrai supporter tout ceci, jusqu’à quel moment je tiendrai sans balancer tout ceci au nez des concernés. Je voulais en savoir plus, toujours et encore, n’hésitais plus à fouiller dans le bureau de mes parents, m’imaginant héro d’une série télévisée quelconque, et persuadé de pouvoir débusquer des années de choses cachées – et que je ne supportais pas de ne pas savoir. Je me souviens avoir tenté de faire correspondre tous les numéros que mon père avait appelés avec son répertoire, à la recherche d’une éventuelle maitresse.

Le pire de tout cela, c’est que je crois que jamais mes « vieux » n’en ont eu conscience, quel que soit le moment. C’était à se demander si un jour ils avaient eu mon âge, et surtout si j’étais le seul à tourner ainsi – et impossible pour moi, même encore, de savoir si ce tournant était positif ou négatif. Ils se comportaient différemment avec moi, cependant, évitant, je m’en rendrai compte plus tard, d’aborder certains sujets qu’ils n’avaient jusqu’à présent jamais cachés. Je compris bientôt que s’ils n’avaient pas été gênés devant moi, c’est parce qu’ils ne me pensaient pas capable de comprendre, trop idiot sans doute pour faire le rapprochement entre les appels quasi-hebdomadaires du centre de désintoxication pour nous prévenir que ma tante avait une nouvelle fois tenté de s’enfuir, et les visites que nous passions de temps à autre dans cette charmante thalasso.

Je me suis senti pris d’une rage illimitée à leur encontre, pour avoir pensé qu’en tant qu’enfant j’étais incapable de comprendre ce qu’eux pensaient comprendre. Ils se pensaient puissants, et ce qui me fit le plus peur, c’est que ce serait bientôt mon cas. Dans ces conditions, je refusais de grandir, je refusais de devenir un homme. J’avais toujours eu l’image de l’homme fort, le pilier de la famille, celle que mon père s’évertuait à me communiquer depuis toujours, et je me retrouvais avec un pilier bancale et plein de craquelures ne demandant qu’à céder au moindre choc.

Je souffrais, inutilement, je le savais, pour tous ceux qui après moi feraient cette même découverte fondamentale, avec le sentiment de devoir renoncer aux rêves enfantins qui nous habitent. Je savais que mes amis vivaient la même chose, et ils étaient par conséquent les seuls à même de me comprendre. Nous partagions tout ; nos découvertes, ces détails honteux que nos parents avaient soigneusement enfermés dans de minuscules cages dorées de la grande illusion qu’ils avaient fait de leur vie, réduisant au final leurs efforts à néant. A chaque secret dévoilé, j’étais un peu plus fier, un peu plus soulagé, parce qu’à présent, je n’étais plus seul, et je n’étais plus le trahis, je reprenais ma puissance volée, et ma conscience était comme une épée de Damoclès au dessus des têtes de mes parents.

Aujourd’hui encore, mes découvertes au sujet de ma famille ne sont pas terminées, je crois que je n’en finirai jamais, mais une chose est certaine : je ne ferai jamais à mes enfants ce que mes parents m’ont fait, parce que je suis maintenant sur d’une chose : les adolescents ne sont pas des œufs que l’on couve, et trop de cachoteries ne peut qu’être néfaste.
Petite chose écrite d'une traite, un peu geignarde à mon goût mais bon ... Ca décrivait assez bien ce que je ressentais à ce moment là. Je laisse donc mes sentiments à vos bons soins.

_________________
« Bill est une pute »

Mais on l'aime. On l'aime peut-être trop, n'est-ce pas ? On l'aime à la folie, comme un frère, comme un amant rêvé, comme l'homme idéal. Bill porte des chaines, des bretelles & des colliers pour chien, mais on l'aime. Cherchez pas à comprendre. C'est ainsi.

Mon étoile (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heaven-of-tokiohotel.forum-actif.net
Bo0owww

avatar

Féminin
Nombre de messages : 182
Age : 26
Localisation : Saint Nazaire City
Humeur : Good Mood
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: OS - Alcoolémique Boy - N`es   Mar 11 Nov - 16:54

J'aime bien.
Tu devais être remontée mais je trouve ça sympa comme texte. Smile

_________________
Hyper tiptopkaoule


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://im-breath.skyrock.com
N`es
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 375
Age : 27
Localisation : Avec eux* ...
Date d'inscription : 08/06/2008

MessageSujet: Re: OS - Alcoolémique Boy - N`es   Mar 11 Nov - 16:55

J'étais remontée oui en effet.
J'écris très rarement des textes originaux, et en général, c'est assez violent psychologiquement et très personnel.

_________________
« Bill est une pute »

Mais on l'aime. On l'aime peut-être trop, n'est-ce pas ? On l'aime à la folie, comme un frère, comme un amant rêvé, comme l'homme idéal. Bill porte des chaines, des bretelles & des colliers pour chien, mais on l'aime. Cherchez pas à comprendre. C'est ainsi.

Mon étoile (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heaven-of-tokiohotel.forum-actif.net
Decadence

avatar

Féminin
Nombre de messages : 61
Age : 29
Localisation : Paris City *
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: OS - Alcoolémique Boy - N`es   Mar 11 Nov - 16:58

Attention, je suis une bombe à retardement, bourrée de tout un tas de déceptions plus nauséabonde que des pets de toxico en dé-intox"

--> Très fleurit comme comparaison, lol ^^

Et bien, que dire?
J'ai beaucoup aimé lire ton OS Smile Il n'est que le reflet de la réalité, c'est vrais... On est malheureusement tous ammenés à découvrir des choses peu sympathiques concernant les membres de nos familles, des choses qu'ils ont cachés pour les oublier, ou pour nous préserver... Quoiqu'il en soit, ça fait toujours mal au moment où on tombe dessus... Plus c'est tard et plus c'est douloureux... Et la digestion n'en est que plus difficile, comme tu l'as si bien écrit dans le 3ème paragraphe : "L’avantage quand on grandit, c’est que nos découvertes se font à une vitesse si incroyable qu’il nous faut un temps tout aussi incroyable pour les digérer"

J'ai hâte de lire d'autres écrits de ta part Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N`es
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 375
Age : 27
Localisation : Avec eux* ...
Date d'inscription : 08/06/2008

MessageSujet: Re: OS - Alcoolémique Boy - N`es   Mar 11 Nov - 17:25

Cette comparaison, je la dois à ma lecture du Journal de Kurt Cobain, qui s'y connaissait en désintoxication.

Heureuse que ça te plaise <3.

_________________
« Bill est une pute »

Mais on l'aime. On l'aime peut-être trop, n'est-ce pas ? On l'aime à la folie, comme un frère, comme un amant rêvé, comme l'homme idéal. Bill porte des chaines, des bretelles & des colliers pour chien, mais on l'aime. Cherchez pas à comprendre. C'est ainsi.

Mon étoile (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heaven-of-tokiohotel.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OS - Alcoolémique Boy - N`es   

Revenir en haut Aller en bas
 
OS - Alcoolémique Boy - N`es
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Schostakowitch - polémique
» Polémique sur l'Apéro Géant de Strasbourg
» A propos de Different World (polémique inside)
» la polémique en mousse du moment
» Polémique autour du Hellfest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ( . Fictions . ) :: Fictions originales :: Os & Fictions-
Sauter vers: